AB EXTRA... LES TACHYONS QUANTUM – TACHYONS | Hakkı Açıkalın

Array
Taban fiyat104,00 ₺
62,40 ₺
40%Off

PDFYazdırE-posta

C'est Gerald Feinberg, physicien des années 60, qui a baptisé le nom des Tachyons : en effet il
utilisa la théorie de la relativité pour démontrer l'existence de particules se déplaçant plus vite
que la vitesse de la lumière et présentes de l'autre côté du ‘mur’ de cette même vitesse. Ces
particu- les auraient une énergie et un mouvement réel. Le fait qu'elles n'aient pas encore été
démontrées (phénoménologiquement) de nos jours repose sur la constatation que nous ne savons ni
comment, ni où, aller les observer.

Pour comprendre la théorie des tachyons et de la dimension supralumi- neuse, imaginons la
conscience (ou le NOUS) comme un champ infini de particules porteuses de toutes les informations
que reçoit notre cerveau. Ce champ se situerait entre deux univers : celui que nous connaissons,
composé de particules dont la vitesse est inférieure à celle de la lumière, et celui dans lequel
toutes les particules vont toujours plus vite que la lumière. Evidemment, nous ne pouvons pas avoir
conscience de cet univers, car notre cerveau agit alors comme un filtre qui nous permet de vivre
notre vie au jour le jour, seconde après seconde.

Dans cet univers, la causalité n'existe plus puisque tous les événements sont accessibles en même
temps. Evidemment, cette représentation dépasse toutes les possibilités conceptuelles de notre
cerveau ! Donc l’Être Humain a un moi fondamental qui se projette sous une forme infra-lumineuse
(notre monde matériel voire quantique) dont le cerveau est le filtre qui permet de figer les
événements.

Compliqué ? non. C'est la « caverne » de Platon, les hypothèses de Bohm, Capra, Pribram réunis. La
philosophie de base est la même : la conscience est la réalité fondamentale, notre monde n'est
qu'une image (virtuelle).

Alors la science de demain sera plutôt intuitive, j’imagine.

Yorumlar

Bu ürün için henüz yorum yapılmamış.
© 2022 Liman Yayınevi. All Rights Reserved. Powered by Dağsu Sönmez